Sociologie politique.pdf

Sociologie politique PDF

Ce manuel, complété par un lexique de 160 définitions, a lambition dêtre accessible et clair pour tous publics, universitaires ou non universitaires. Tous les sujets essentiels de la discipline y sont abordés. Des développements approfondis sont consacrés au pouvoir et à lEtat, à la vie politique (élections, partis, groupes dintérêt, mobilisations sociales...), à la communication politique, à laction publique, à la gouvernance européenne, etc., avec des exemples empruntés à lactualité politique la plus récente. Sont également présentées des problématiques comme celle des rapports entre liberté individuelle et contraintes sociales, comportements rationnels et dynamiques émotionnelles, réalités matérielles de terrain et productions symboliques, tandis quun dernier chapitre évoque les principaux écueils méthodologiques de lanalyse savante. Lauteur accorde toute leur importance aux théories consacrées, celles des grands auteurs classiques quil est indispensable de connaître dans la perspective de lexamen ou du concours. Mais il fait également une large place aux renouvellements de lanalyse politique, intervenus en France aussi bien quaux Etats-Unis, au Canada et en Europe où des avancées considérables méritent dêtre notées. Des bibliographies par chapitres et par domaines, soigneusement mises à jour et dressées sans complaisances inutiles, aideront commodément les lecteurs désireux dapprofondir des thèmes particuliers.

TÉLÉCHARGER

LIRE EN LIGNE

TAILLE DU FICHIER 4.42 MB
ISBN 9782275054605
AUTEUR Philippe Braud
FICHIER Sociologie politique.pdf
DATE 01/03/2020

La sociologie politique a conquis sa place sociale à partir de la fin du XIXème siècle. Une polémique a opposé en France à la fin des années 1880, le fondateur de l'Ecole Libre des Sciences Politiques, Emile Bounty et un juriste influent dans l'administration de l'enseignement, Claude Bufnoir. Le premier soutenait la forte autonomie "des sciences politiques" qui sont en grande majorité POLITIQUE - La sociologie politique - Encyclopædia Universalis